· 

Vous voulez être heureux en amour ? Chaussez vos tongues ! La suite


Pour résumer :

 

 

 

  • Clarifiez ce qui est important pour vous
  • Développez votre boussole intérieure
  • Soyez vous-même
  • Soyez fier(e) de qui vous êtes


Je vous accompagne sur ce chemin.

 


 

 

Rappels : Chausser ses tongs pour être heureuse en amour, c’est la conclusion de Lise qui m’a autorisée à raconter son histoire. Cette histoire ayant de multiples aspects, je m’y prendrai en plusieurs fois.

Vous l’aurez compris, il s’agit d’une métaphore. « Chausser ses tongs », signifie qu’elle a cessé de chercher une quelconque validation dans le regard des autres. Elle est enfin elle-même, sans artifice.

Ça n’a pas été une décision consciente. Elle s’en est rendu compte une fois que c’était là. C’est la raison pour laquelle ce changement est intrinsèque et solidement installé. Il lui permet aujourd’hui d’être elle-même, bien avec qui elle est et d’être aussi attirante aux dires de son amoureux.


Elle a bien fait quelque chose quand même ? Oui, oui. J’ai évoqué sa boussole intérieure précédemment. Elle s’est aiguisée au fil…. de ses expériences. Voilà ce qu’elle a fait. Elle a eu des expériences. Comment faire autrement ? Le changement peut être théorisé mais sans le vivre concrètement, c’est peine perdue. C’est tellement tentant de rester dans son coin, de ne plus vouloir prendre de risque quand ça fait mal…
Elle a donc eu le courage d’essayer, de se tromper et de recommencer… Plusieurs fois.

Parallèlement, elle a tiré des enseignements de ces expériences. Pas des leçons intellectuelles, non. S’est mis en place, progressivement, un repérage à partir de ses ressentis. Traduits en besoins, des plus viscéraux aux plus fins. Je l’ai accompagnée pour mettre des mots sur ceux-ci et faire du lien avec les situations qu’elle vivait.

Petit à petit, elle a clarifié ce qui la fait vibrer indépendamment de l’avis de quiconque.

Cette période s’est traduite par une centration sur elle-même. C’est une condition incontournable pour se connaître véritablement. Cela ne signifie pas de ne plus faire cas de ses relations, mais de tourner le regard vers l’intérieur pour se découvrir dans les profondeurs de son être. Pour cela, il faut s’accorder des temps seul(e) suffisamment longs.

Je l’ai guidée sur cette voie. Elle a d’abord travaillé sur ses blessures du passé en Sophro-Analyse des mémoires Prénatales de la Naissance et de l’Enfance.
Puis elle a appris à accueillir la douleur quand elle se présentait et ne pas ajouter les ruminations aux situations auxquelles on ne peut pas grand-chose.
Elle a également appris à identifier ses valeurs, en les distinguant de ses principes pour agir efficacement en direction de ce qui est important pour elle et qui la rend heureuse.

Dans son exemple à elle (le vôtre pourrait être différent), elle a su qu’elle y était parvenue en réalisant qu’elle avait complètement mis de côté son apparence pour se focaliser sur la joie qu’elle avait à danser. C’est cette fois-là qu’elle a passé la soirée en tongs !

Aujourd’hui elle n’a plus besoin de tongs (sauf à la plage ;-) ) mais elle les garde à l’esprit pour continuer d’être consciente de ce qui est bon pour elle.